Reportage – London Film & Comic Con

banner_londonfilm_comiccon_2014

London Film & Comic Con
Bien plus qu’une convention, le London Film & Comic Con est devenu une véritable institution. On connaît désormais le succès phénoménal de ces événements réguliers que sont les Comic Con à travers le monde et celui de Londres ne déroge pas à la règle ! C’est accompagné de Mathieu et d’autres mibiens que j’ai voulu découvrir l’ambiance mythique et désormais célèbre de ce type de rendez-vous.

Dans l’imposant complexe du Earls Court exhibition center, le plus grand centre des congrès de Londres, les fans étaient venus en masse pour vivre un week-end mémorable. Il n’y avait qu’à voir les files d’attentes absolument interminables tout autour du bâtiment. Face à un tel engouement, il est important de noter qu’acheter un pass «early» pour entrer 2 heures plus tôt est vivement conseillé, voire indispensable ! Vous aurez sans doute du mal à le croire, mais deux heures avant la fermeture des portes, des visiteurs motivés patientaient encore dans l’espoir de rentrer ! De la folie pure !

Originalité de l’event : il était possible pour les impatients de commencer les festivités dès le vendredi soir de 18h00 à 21h00. Nous en avons donc bien évidemment profité ! L’intérêt majeur de cette ouverture anticipée était avant tout la fréquentation. En effet, durant ces 3 heures de pré convention, l’affluence à Earls Court était moindre en comparaison des deux jours suivants. On y circulait beaucoup plus aisément dans les allées. Pour les amateurs d’autographes, la file d’attente devant chaque acteur s’en trouvait considérablement réduite et ce fut ainsi le moment idéal pour acquérir les premières signatures sans trop de peine. Autre exclusivité, cette soirée permettait de rencontrer des acteurs qui ne signaient que le vendredi soir.

Samedi matin : retour sur les lieux de bonne heure afin de pouvoir entrer sans trop tarder. Avant même de franchir les portes, les héros du film Transformers accueillaient le public dans la cour sud du centre de convention. Les répliques en taille réelle d’Optimus Prime et Bumblebee brillaient sous l’abondant soleil londonien.

Dans l’aile gauche du complexe étaient réunis les artistes et dessinateurs. Comme dans tout rassemblement digne de ce nom, ils étaient présents en nombre à ce rendez-vous. Juste à côté, une salle de conférence avait été aménagée. Tout au fond se dressait un espace retrogaming offrant le plaisir de renouer avec vieilles bornes arcades, anciens modèles de PC et consoles d’un autre âge.
On pouvait également admirer aux détours des allées, des véhicules venus de tous horizons comme la célèbre batmobile.
Personnage emblématique et véritablement fondateur de l’univers Marvel, Stan Lee a rencontré un immense succès en signant des autographes tout au long du week-end. Mis à l’écart des autres invités dans ce premier hall, il en était à lui le seul, le principal centre d’intérêt pour les visiteurs.

Tout le reste de la convention occupait la partie arrière du bâtiment, bien plus imposante encore. Dans cet immense hangar en demi lune, une quantité impressionnante de stands étaient alignés. Une fois la traversée des allées terminée, on débouchait sur une première lignée d’acteurs en dédicaces au milieu de laquelle se trouvait un passage donnant accès au reste du vaste espace autographes.

Star Wars, Indiana Jones, Game of Thrones, The Walking Dead, Docteur Who ou bien encore Starship troopers … bien des univers étaient représentés à travers la longue liste d’invités. Concernant les acteurs et plus particulièrement Star Wars ; Gary Kurtz, Femi Taylor ou encore Jeremy Bulloch ont réservé comme toujours, un accueil très chaleureux à l’ensemble des fans venus les rencontrer. Dave Prowse s’est comme à son habitude bien prêté aux séances de dédicaces et Kenny Baker, dans une forme toute relative, a aussi obtenu un large succès. Actuellement en plein tournage de l’Episode VII aux studios Pinewood tous proches, Carrie Fisher avait également fait le déplacement.
Personnalité plus rarement accessible lors des conventions, Billy Dee Williams était présent. Une véritable aubaine pour tous ceux qui rêvaient de rencontrer l’interprète de Lando Calrissian. Derrière ses lunettes noires et une attitude plutôt fermée, l’acteur se contentait de signer sans faire réellement l’effort d’échanger avec les fans. Dommage !

Une fois les rencontres avec les acteurs terminées, il était temps pour nous de profiter encore un peu de la diversité des stands avant une ultime sortie. Dans ce type d’événement, il ne faut évidemment pas s’attendre à voir uniquement des boutiques débordantes de produits dérivés Star Wars. Rares sont les habituelles boites Gentle Giant ou encore Sideshow Collectibles que nos yeux peuvent déceler. Ici les marchands proposent une variété incalculable de jeux, affiches, t-shirts, figurines, et objets en tous genres, tirés d’une multitude d’univers. Au final, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Dans un choix aussi large et varié que celui-ci, chacun y trouve immanquablement son compte.

18h00 déjà … fermeture des portes ! Nous quittons les lieux en tirant un bilan très positif de ce London Comic Con qui restera pour chacun d’entre nous, une expérience à la hauteur de nos attentes.

160x250 160x55160x55

Liens